Objectifs

Le GI WACAF, un projet de coopération technique qui bénéficie à tous les acteurs de la région

Renforcer le niveau de préparation et de lutte en cas de déversement d'hydrocarbures dans la région pour contribuer à la protection du milieu marin

Le GI WACAF travaille en étroite collaboration avec les autorités nationales compétentes de 22 pays africains, les soutenant dans le renforcement de leurs capacités de préparation et d'intervention en cas de déversement d’hydrocarbures. Ce faisant, le GI WACAF contribue à une meilleure protection de l'environnement marin dans la région.

Une méthode bénéfique pour tous dans la région

Pour réaliser sa mission, le projet GI WACAF organise et met en œuvre des activités visant à communiquer les bonnes pratiques dans tous les aspects de la préparation et de la lutte en cas de déversements d’hydrocarbures, en s'appuyant sur l'expertise et l'expérience des gouvernements, de l'industrie et d'autres organisations travaillant dans ce domaine spécialisé. Le GI WACAF encourage et soutient l'industrie et les gouvernements à travailler ensemble.

Les activités du projet sont soutenues et facilitées par son réseau de points focaux gouvernementaux et industriels spécialisés. Parmi elles, la Conférence régionale du GI WACAF fait partie intégrante du système de gestion biennal du Projet. Tous les deux ans, elle réunit les points focaux de l'industrie et des gouvernements de toute la région dans le but d'échanger des expériences, d'examiner les progrès réalisés et de fixer des priorités pour le prochain cycle. Le GI WACAF dialogue avec les autorités nationales pour s'adapter constamment aux divers besoins des pays partenaires. Les différentes activités organisées par le Projet peuvent ainsi prendre différentes formes : ateliers, formations, missions de conseil technique ou encore exercices

Le GI WACAF assure un suivi à long terme des pays fondé sur une approche systémique en 3 étapes de préparation et de lutte en cas de déversement d’hydrocarbures :

  • Premièrement, la mise en place du cadre législatif et réglementaire est le fondement d'un système national efficace de préparation et de réponse.
  • Deuxièmement, les pays sont encouragés à mettre en place des politiques, des processus et des outils pour mettre en œuvre effectivement le cadre législatif.
  • Enfin, les aspects transversaux, tels que la mise en place d'une base de données, la coopération transfrontalière, sont reconnus comme faisant partie intégrante d'une approche réussie.

En contribuant à la mise en œuvre effective des accords internationaux, le GI WACAF aide les gouvernements et les opérateurs à atteindre des normes élevées dans leurs plans d'urgence et donc à réduire les conséquences environnementales en cas de marée noire majeure. Cela profite aux industries ainsi qu'aux gouvernements. Alors que le niveau de préparation et de lutte des pays de la région progresse, l'industrie bénéficie de l'amélioration du cadre juridique et institutionnel qui réduit l'incertitude réglementaire et facilite le dialogue avec les autorités compétentes.

Évaluer les besoins de la région

Premiers indicateurs de performance

Au cours des premières années du GI WACAF, un tableau général de l'état de préparation et des capacités de lutte dans la région a été dressé. Sur la base des informations fournies par les représentants des gouvernements et de l'industrie concernés une analyse des lacunes a été conduite (GI WACAF Annual Review, 2006). Les données recueillies en 2006 ont fait l'objet d'un suivi depuis et ont été régulièrement mises à jour en fonction des indicateurs de performance couvrant les exigences de la Convention OPRC 90. Depuis 2006, grâce aux données fournies par chaque pays tous les 2 ans lors des conférences régionales, il a été possible de suivre l'évolution du niveau des capacités nationales de préparation et de lutte dans toute la région.

Six indicateurs principaux ont été élaborés pour suivre cette évolution :

  • Désignation des autorités compétentes : Le pays a mis en place une autorité nationale désignée pour traiter les questions liées aux déversements d'hydrocarbures ;
  • Législation : Le pays a ratifié les conventions internationales pertinentes, notamment la Convention OPRC 90 ;
  • Plan national d'intervention d'urgence en cas de déversement d'hydrocarbures (PNIU) : Le pays dispose d'un PNIU approuvé ;
  • Accord régional : Le pays a mis en place un accord de coopération régional, sous-régional ou bilatéral concernant la coopération en matière de lutte contre les déversements d'hydrocarbures ;
  • Formation et exercice : Le pays a mis en place des formations et des exercices de lutte contre les déversements d'hydrocarbures au niveau national ; et
  • Ressources nationales : Le pays dispose de l'équipement et des ressources nécessaires pour faire face de manière adéquate aux risques de déversement d'hydrocarbures

Nouveaux indicateurs qualitatifs

Si on observe dans la région un développement net des capacités de lutte contre les déversements d'hydrocarbures, le rythme auquel ce développement a eu lieu a varié considérablement d'un pays à l'autre, certains progressant plus rapidement que d'autres. A cet égard, le programme de travail du projet s'est diversifié ces dernières années afin de répondre aux besoins des différents pays.

Au fur et à mesure que les capacités se sont améliorées et afin d'élaborer une évaluation plus fine et plus qualitative des progrès réalisés, le Secrétariat du projet a mis au point de nouveaux indicateurs. Ces indicateurs supplémentaires ont ensuite été approuvés par le Comité directeur en 2015 et consistent en :

  1. Les cartes de sensibilité du littoral ont été réalisées,
  2. Une politique sur les dispersants a été élaborée,
  3. Plan de réponse en milieu littoral a été élaboré,
  4. Le pays dispose d’un plan de gestion des déchets souillés,
  5. La coopération transfrontalière a été développée, le
  6. Les principes du Système de gestion des incidents sont pris en compte.

Réalisations / Résultats

Avec plus de 110 activités organisées dans 22 pays et plus de 5 000 personnes formées, le mode de fonctionnement du GI WACAF s'est avéré efficace dans le temps et précieux pour la région.

Depuis 2006, le projet GI WACAF a mis en œuvre plus de 110 ateliers, formations et conférences. Au cours de cette période, d’importants progrès ont été réalisés dans la région en matière de préparation et de lutte en cas de déversement d’hydrocarbures. Il convient de noter en particulier les progrès réalisés dans la désignation des autorités nationales responsables de la préparation et de la lutte contre la pollution par les hydrocarbures dans chaque pays, ainsi que l'élaboration de plans d'urgence nationaux, qui sont maintenant en place dans la grande majorité des pays de la région.

Une source de fierté est la façon dont le Projet a été adopté par les pays de la région, ce qui est démontré par l'engagement et l'enthousiasme des points focaux de l'industrie et des gouvernements, ainsi que des participants qui ont assisté aux activités du GI WACAF. Les réalisations en matière de préparation et de lutte en cas de déversements d'hydrocarbures démontrent clairement l'efficacité et l'élan de ce projet.